Les Centres de l'Espoir


Fiche de présentation de l’ONG
 
 

   - VIDEOS -
clip de présentation 1
dans les quartiers
éducateurs des centres de l'espoir
éducateurs (suite)


MISSIONS
  1. Mission première : Encadrement des orphelins du SIDA et des enfants vulnérables (OEV)
  2. Mission secondaire : Sensibilisation et éducation des populations vulnérables des communautés pauvres de l’archidiocèse de Yaoundé et ses environs.

STRATEGIE / METHODOLOGIE
  1. Utilisation de la Pair-Education pour sensibiliser et éduquer les populations vulnérables des Communauté pauvres pour la prévention des IST/VIH/SIDA et les Infections Opportunistes Associées à cette pandémie
  2. Encadrement Institutionnel et communautaires des Orphelins de SIDA et Enfants Vulnérables

 
DOMAINES D’INTERVENTIONS STRATEGIQUES
A/ Encadrement des Orphelins du SIDA et Enfants Vulnérables

Préalables

  • Conduite d’une enquête sociale par le centre social territorialement compétent.
  • Examen du rapport d’enquête sociale par le Conseil d’Administration de CAES.
  • Prise de décision du Conseil d’Administration pour : soit l’encadrement de l’orphelin au Centre d’Accueil Temporaire d’Efoulan (Encadrement institutionnel) ou dans la communauté (Encadrement communautaire).
  1. Encadrement Institutionnel
La prise en charge de l’orphelin au Centre d’Accueil Temporaire d’Efoulan est totale et comporte les volets ci-après :  
    • prise en charge psychologique
    • Prise en charge psychosociale
    • Prise en charge psychoaffective
    • Prise en charge psycho-cognitive
    • prise en charge psycho-pédagogique
    • Activité ludique et d’éveil
    • Activité socioculturelles
    • Encadrement scolaire, sanitaire et nutritionnel
  1. Encadrement des OEVs dans la communauté Cet encadrement comprend les activités ci-après :
    • prise en charge psychologique
    • Prise en charge psychosociale
    • Prise en charge psychoaffective
    • Prise en charge psycho-cognitive
    - prise en charge psycho-pédagogique
      • Activité ludique et d’éveil
      • Activités socioculturelles
      • Encadrement scolaire, sanitaire et nutritionnel
     
    1. Réinsertion sociale des orphelins de SIDA et enfants vulnérables après le séjour au Centre dans les familles d’accueil ou d’origine.
    2. Suivi et évaluation de la situation des orphelins réinsérés dans la communauté.
    B/ Education et Sensibilisation des populations vulnérables des communautés
    Pauvres pour la prévention du VIH/SIDA
    1. Analyse de la situation pour identifier les besoins en information et éducation des populations cibles.
    2. Formation des éducateurs communautaires en " Conversation Communautaire ", stratégie mise au point par le PNUD sur la base des préoccupations recensées dans la communauté.
    3. Organisation des réunions de plaidoyer et mobilisation des leaders communautaires pour susciter leur adhésion au programme d’éducation et de sensibilisation.
    4. Mise en place des antennes mobiles d’éducation dans les communautés ciblées.
    5. Organisation des conversations communautaires.
    6. Organisation des activités de suivi et évaluation.
     
    ACTIVITES
    A / Volet encadrement des orphelins de SIDA et enfants vulnérables
      • Enquête sociale
      • Formation / recyclage des conseillers en encadrement des orphelins et enfants vulnérables
      • prise en charge psychologique
      • Prise en charge psychosociale
      • Prise en charge psychoaffective
      • Prise en charge psycho-cognitive
      • prise en charge psycho-pédagogique

      • Activités ludique et d’éveil
      • Activités socioculturelles
      • Encadrement scolaire, sanitaire et nutritionnel
    - Réinsertion sociale
    - Capacitation des familles d’accueil ou d’origine sur le plan économique.
    B/ Volet sensibilisation et éducation
      • Identification des besoins en information et éducation des communautés.
      • Formation / recyclage des éducateurs en conversation communautaire
      • Déploiement des éducateurs dans les communautés cibles pour l’éducation et la sensibilisation
      • Suivi et évaluation des activités

    RESULTATS ACQUIS

    A la date du 30 octobre 2004, les résultats suivants ont été acquis
    1. Obtention du premier agrément au statut d’ONG au Cameroun sous la loi n° 99/014 du 21 Juillet 2003.
    2. Obtention d’un accord de partenariat avec le Ministère de la Santé pour la lutte contre le SIDA en 1995.
    3. Obtention d’un accord définitif avec le Ministère des Affaires Sociales pour l’encadrement des orphelins du SIDA et enfants vulnérables.
    4. Construction d’un Centre d’Accueil Temporaire d’une capacité de 40 orphelins par an à EFOULAN Yaoundé.
    5. Mise en place d’un siège sociale fonctionnel de l’ONG au quartier NSIMEYONG à Yaoundé.
    6. Encadrement et réinsertion sociale de 211 orphelins.
    7. Environ 40 pensionnaires sont encadrés au Centre par année et 40 dans la communauté par an.
    8. Formation de 87 éducateurs/conseillers donc 15 permanents dans l’ONG mènent les activités de sensibilisation et d’éducation.
    9. Sensibilisation et éducation de 7500 hommes et 8716 femmes pour la prévention des IST/VIH/SIDA

    LES RESSOURCES DE L’ONG
    Pour atteindre ses objectifs, trois principaux types de ressources sont nécessaires à l’organisation.
    1/ Les Ressources humaines

    C’est le domaine du " know how " sans lequel aucune structure ne peut se manifester, ni exercer des activités. C’est le principal capital de l’ONG dans la mesure où seule la volonté peut permettre de mener les activités. A cet effet, les Centres d’Accueil de l’Espoir se sont dotés de deux principaux types de personnel :
    • Le personnel permanent, dans lequel on distingue une équipe administrative et une équipe technique composée de plusieurs spécialistes parmi lesquels les enseignants ou pédagogues, les gestionnaires, les médecins, les conseillers de jeunesse et animation, les éducateurs communautaires, experts et spécialistes en développement des projets et programmes, les communicateurs, les travailleurs sociaux et les autres catégories de personnels médicaux (infirmiers, aide-soignants, laborantins). Pour les besoins administratifs, les secrétaires sténodactylographes ne sont pas du reste.

    • L’ONG dispose d’une équipe de 15 éducateurs permanents depuis 2002 avec l’assistance de Bridderlech Delen formé en " Causerie Educative " et " Conversation Communautaire " qui se déploie dans la ville de Yaoundé et ses environs.

    • Le personnel vacataire, composé de volontaires sur lesquels l’organisation s’appuie pour étendre son action sur le terrain. C’est cette dernière catégorie qui anime les antennes dans les quartiers. Ils reçoivent au préalable, une formation de base en prévention et prise en charge sur les MST/SIDA.

    Du point de vue statistique, le personnel permanent est estimé à vingt quatre (24) personnes et les volontaires autour de trente (30) membres.
    Parmi les spécialistes de la santé, le centre collabore avec quelques références telles : Pr. ZOUNG KANYI Jimmy, Enseignant à l’Université de Yaoundé I, Faculté de Médecine et Sciences Biomédicales (FMSBM) ; Dr. NTEP Marcelline, Coordonnateur du Programme
    National de Lutte contre l’Onchocercose ; Monseigneur Jean MBARGA, spécialiste en Théologie morale et Sciences Bioéthiques, Joseph BETIMA NDONGO, chargé de Programme au PNUD, Madeleine EYIDI, fonctionnaire du PNUD en retraite et bénévole au Centre d’Accueil de l’Espoir.

    Tout ce personnel participe outre au suivi social , médical et morale des orphelins du SIDA et enfants vulnérables mais dans l’encadrement général des familles d’accueil et d’origine et des populations qui viennent chercher le réconfort auprès de l’organisation, les populations cibles.

    2/ Les Ressources financières

    Les ressources financières de l’ONG proviennent de deux principales sources à savoir les fonds propres (cotisations des membres) et les apports provenant des partenariats.

    • Les fonds propres uniquement sans subvention aucune
    Les dons des bienfaiteurs ne pouvant couvrir toutes les charges de l’organisation, la promotrice a multiplié un nombre important d’activités génératrices de revenus pour pallier la rareté des moyens financiers et faire fonctionner l’ONG. C’est le cas entre autres :
      • des prestations de services aux particuliers et à l’Etat ;
      • le petit commerce (vente des pop corns dans les grands magasins et les boissons dans les places publiques) ;
      • l’exploitation des cabines téléphoniques (deux) ;
      • les activités agricoles par la création et l’exploitation d’une palmeraie de 7 ha dont l’huile de palme se rencontre déjà dans les marchés ;
      • les activités d’élevage.

    Dans le même souci de fructifier le capital disponible, et surtout promouvoir l’auto prise en charge des populations bénéficiaires et leurs familles, les Centres d’Accueil de l’Espoir ont développé un type nouveau d’activités : l’assistance de petits promoteurs.

    D’autre part, les Centres d’Accueil de l’Espoir s’intéressent également aux activités d’exploitation des carrières de gravier. Dans ce domaine, le Centre met à la disposition des familles d’accueil et d’origine s’investissant dans cette activité les outils nécessaires (pierres + matériel) pour la transformation artisanale de ces pierres en gravier.

    Toutes ces activités génératrices de revenus devraient pouvoir, à moyen ou à long terme, apporter une bouffée d’oxygène soit à l’ONG pour son fonctionnement soit aux familles d’accueil et d’origine pour un meilleur encadrement des orphelins.

    • Les apports de partenariat

    L’ONG doit certaines de ses réalisations au partenariat interne et externe.
    Au plan interne, l’Organisation reçoit dans le cadre de son fonctionnement quotidien, des aides matérielles de quelques organisations de la place. On peut citer les institutions
    telles les Grands Moulins, les ONGs et les Associations, ainsi que les particuliers de bonne volonté.

    Quelques apports que l’on peut estimer en argent existent à l’instar des dons en médicaments ponctuels, de l’acheminement des colis ou du don de lait de Aviation Sans Frontières.

    Par ailleurs, nous citerons l’assistance soutenue à plusieurs niveaux des Associations CASENAC basée en France, de PVA Génève pour le fonctionnement du centre d’Efoulan , de CCFD en France et de Bridderlech Delen du Luxembourg qui n’ont ménagé aucun effort pour apporter un appui technique et mobiliser les ressources nécessaires pour les activités de l’ONG. Bien plus on peut également citer les anciens encadreurs de l’Orphelinat à l’étranger ou les membres de la famille de la promotrice qui contribuent par leur soutien moral et matériel à la réalisation des actions de l’ONG les Centres d’Accueil de l’Espoir.

    L’ONG saisit par conséquent cette occasion pour remercier toutes ces bonnes volontés en même temps qu’elle lance un vibrant appel à la communauté nationale et internationale pour le renforcement de leur soutien.

    DIFFICULTES RENCONTREES

    1. Exiguïté et vétusté du centre d’accueil temporaire actuel.
    2. Insuffisante de ressources matérielles et financières pour l’encadrement des orphelins de Sida et enfants vulnérables.

    3. approvisionnement insuffisant en matière de denrées alimentaires.
    4. Insuffisance des fournitures scolaires pour les enfants orphelins du SIDA et enfants vulnérables pendant les rentrées scolaires .

    PERSPECTIVES

    • Création d'un centre d'accueil d’accueil multidisciplinaire d’une capacité de 80 orphelins, le précédent étant devenu vétuste. Dans ce centre, les conseillers/éducateurs pourront mener à bien les activités d’éveil, psychopédagogiques, socioculturelles, sportives, psychoaffectives etc…
    • Création d’un Centre de Santé pour les soins des orphelins du SIDA.
    • Accroissement de la palmeraie de 7 hectares de notre ONG qui la soutient actuellement.
    • Création d’une unité moderne d’extraction d’huile de palme pour générer les ressources additionnelles.
    • Amélioration de l’encadrement des orphelins dans la communauté en leur octroyant une prise en charge totale.


    Pour tous renseignements :

    Adresse : Les Centres de l'Espoir
    BP 6905 YAOUNDE - Cameroun

    Tel : 237 231 287 26 / 237 231 204 62 - cespoir@cespoir.org


    Page précédente | Page 1
    Mise à jour (nov . 2006)